Lancée en 2014 par Eco-systèmes* en partenariat avec la Fondation ParisTech et les grandes écoles Arts et Métiers, Chimie ParisTech et Mines ParisTech, la chaire Mines Urbaines est dédiée aux déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Elle s’inscrit pleinement dans le contexte actuel de projet de loi sur l’économie circulaire. L’objectif : réduire le gaspillage et l’impact croissant de nos déchets sur l’environnement.

La complémentarité de ces trois grandes écoles positionne la chaire Mines Urbaines au cœur de l’économie circulaire, en visant à prospecter, découvrir et exploiter des matériaux à partir d’un nouveau type de « mines » présentes dans nos villes : les DEEE. Ce modèle économique vise à préserver les ressources et l’environnement, thématique hautement stratégique.

2014-2019 : 3 axes de recherche prioritaires

  • Optimisation de la filière de recyclage des métaux stratégiques (Chimie ParisTech)
  • Tri, compatibilité et valorisation du recyclage des plastiques (Arts et Métiers)
  • Développement de nouveaux modèles pour l’économie circulaire (Mines ParisTech)

L’Institut de Mécanique et d’ingénierie (I2M, Bordeaux-Talence), Le Laboratoire Procédés et Ingénierie en Mécanique et Matériaux (PIMM, Paris) et l’Institut de Chambéry travaillent de concert pour couvrir toute la chaîne de valeur des plastiques : l’I2M pour la conception de produits, le PIMM pour les polymères et la dégradabilité et l’Institut de Chambéry en tant que pôle de référence pour l’écoconception et le recyclage.

Cette première phase a mobilisé près d’une vingtaine de personnes chez Arts et Métiers et ce sont 3 thèses qui s’y sont déroulées.

Au total, 7 thèses ont été produites au sein de la chaire, conduisant à de nombreuses publications et au dépôt de 5 brevets (dont 1 en cours sur le tri des plastiques noirs pour Arts et Métiers).

2019-2024 : poursuite des travaux engagés

La chaire intensifiera ses recherches sur le recyclage des plastiques et des métaux stratégiques. Elle s’intéressera également aux substances à risque et à leur détection, et explorera les nouvelles voies d’écoconception des entreprises dans un contexte de transition vers une économie circulaire.

La rédaction de la loi sur l’économie circulaire représente un véritable accélérateur pour la recherche et confirme la nécessité de ces travaux.

 

* Au sein d’ESR, éco-organisme agréé à but non lucratif, Eco-systèmes anime et coordonne la collecte, la dépollution et le recyclage des appareils électriques et électroniques usagés des ménages et des professionnels.

Nous travaillons main dans la main avec les industriels et la filière. Au-delà des enjeux de la chaire et de son rôle prospectif des technologies de demain, ce sont de nombreuses retombées directes qui sont attendues. Nous avons d’ores et déjà été sollicités pour des contrats d’accompagnement, qui pourraient représenter des cas d’expérimentation très intéressants pour la chaire.

Carole Charbuillet, Ingénieur de recherche/Ecoconception et Recyclage à l’Institut de Chambéry, en charge de la chaire