Notre plateforme technologique Compositadour dédiée aux matériaux avancés et implantée sur le site technopolitain Technocité de Bayonne, fête ses dix ans en 2020.

Francis Sedeilhan, Directeur de Compositadour, fait un point sur l’évolution de cet outil de transfert de technologies employant aujourd’hui 40 personnes.

Comment ont évolué vos coopérations avec des groupes industriels depuis la création de Compositadour ?

Notre activité a beaucoup évolué depuis le démarrage. Nous étions principalement axés sur les composites et nous comptons à présent un pôle fabrication additive et un pôle robotique. Nos partenariats industriels sont à 60% passés avec le secteur aéronautique, notamment avec les fondateurs de Compositadour que sont Dassault Aviation, Daher, Stelia Aerospace ou Ariane Groupe. Nous nous sommes diversifiés en travaillant par exemple avec le groupe Safran pour une dizaine de ses filiales, ainsi que vers d’autres secteurs d’activité comme l’énergie, le sport et loisirs, la construction. La plateforme compte davantage d’utilisateurs avec de nombreuses PME/PMI partenaires.

En termes d’innovations, avez-vous développé des technologies avec parfois des dépôts de brevets ?

Nous avons déposé un brevet en 2018, un en 2019 et deux sont en préparation pour 2020. Dorénavant, nous revendiquons notre propriété intellectuelle, mais nous ne sommes pas seulement un laboratoire de recherche. Notre plateforme est un centre de transfert industriel et nos innovations ont des applications, aussi, à très court terme.

Utilisez-vous davantage de matériaux durables à présent ?

Cela s’est intensifié. Même si c’est important pour une bonne conscience écologique, nous utilisons de plus en plus de matériaux biosourcés parce que dans certains cas ils ont de réels intérêts en termes de performances mécaniques comme par exemple pour l’absorption de vibration ou pour des isolations thermiques avec la fibre de lin. Nous axons également une grande partie de notre R&D sur l’utilisation de composites à matrice thermoplastique, qui présentent des perspectives de recyclage des composites très intéressantes.

 Quels sont les projets les plus importants ?

L’extension du bâtiment avec la construction de 600 mètres carrés supplémentaires qui nous permettra d’installer une ligne d’estampage thermoplastique pour fabriquer du composite à haute cadence. L’idée est que l’on puisse fabriquer des préformes avec nos robots de placement de fibre que l’on va ensuite estamper sous presse avec des cycles très rapides. C’est un investissement très important retardé bien sûr par la situation de ralentissement qui a été imposée par la COVID-19. Il y a un autre point très important c’est l’accessibilité de nos technologies. Les groupes industriels ont pu mener des investissements importants et se sont équipés, notre challenge est de rendre accessibles nos technologies à des PME. Nous menons un travail d’accompagnement avec des startups qui conçoivent des machines beaucoup moins onéreuses et démocratisent ainsi ces technologies

Site web :https://www.compositadour.com/

*Source : https://www.technopolepaysbasque.fr/