Maîtriser la fabrication de placages et de panneaux de contreplaqués à partir d’une ressource bois locale toujours plus diverse et hétérogène en utilisant les outils de l’industrie du Futur.

BOPLI est un laboratoire Mixte Public/privé[1] qui associe les Arts et Métiers (campus de Cluny) et l’entreprise Brugère. Cette collaboration qui s’est concrétisée par la signature de plusieurs contrats de recherche et d’ingénierie, puis par la réalisation d’un démonstrateur a débuté formellement en 2015 et perdure aujourd’hui. L’entreprise bénéficie des moyens et des compétences du LaBoMaP en matière de déroulage et de caractérisation des placages et des produits techniques bois.  Le laboratoire accède quant à lui à des données très riches et représentatives de la ressource transformée par le partenaire.

L’entreprise et l’innovation

L’entreprise Brugère est une PME de 80 salariés implantée au cœur d’un massif forestier bien connu pour la qualité de ses hêtres. Elle fait partie des leaders européens du déroulage de bois de hêtre dont la transformation est principalement destinée à la fabrication de contreplaqués plats et moulés. Depuis la tempête de 1999 qui a considérablement impacté la ressource disponible, Brugère doit faire face à des bois globalement plus nerveux et plus délicats à dérouler. Le comportement de la matière première peut singulièrement varier en fonction de son origine ou des paramètres du procédé. L’entreprise souhaite mettre en place une traçabilité fine des placages afin d’adapter ses achats et les paramètres du procédé aux spécificités de chaque provenance et ainsi améliorer son rendement matière, enjeu clef de la première transformation du bois.

Les défis à relever

La problématique principale pour Brugère était l’ondulation des placages. Du fait de la diversification de l’approvisionnement (néanmoins encore local avec un rayon de 200km autour de l’usine) rendu nécessaire par la raréfaction des belles qualités de bois, Brugère a été contraint de transformer plus de bois de type « montagne », dont le comportement lors du procédé est différent. La société cherchait à valider cette hypothèse et à trouver un palliatif au niveau du procédé pour limiter ses rebuts après séchage en appliquant des traitements spécifiques aux caractéristiques des lots de bois approvisionnés, voir pour chaque billon.

Le second enjeu concernait la caractérisation des performances mécaniques des contreplaqués fabriqués. Une large campagne expérimentale a été réalisée sur les équipements du LaBoMaP. Elle a permis de rédiger des fiches techniques des propriétés des panneaux multiplis fabriqués afin de toucher une clientèle plus large et des marchés diversifiés (planchers de foire, transformateurs, structures de camions frigorifiques, …).

Le partenariat 

Le LaBoMaP développe depuis sa création une activité ancrée sur la mesure et la modélisation de la coupe. L’équipe Bois en particulier présente des compétences et une plateforme technologique reconnue sur le déroulage et la caractérisation des placages au niveau national et internationale. L’apport principal du laboratoire a été de mettre en place des outils et méthodes de mesure dédiés pour permettre de caractériser les placages en assurant leur traçabilité.

Ce programme a permis de structurer le fonctionnement de l’équipe et notamment vers les industriels via l’embauche en CDI de deux ingénieurs de recherche dans la filiale de valorisation AMVALOR. Il a aussi permis d’upgrader la ligne de déroulage instrumentée du Laboratoire qui est aujourd’hui assez unique. Elle permet de répondre à de nombreuses problématiques industrielles et de recherche d’aujourd’hui comme l’optimisation et le contrôle temps réel du procédé, la caractérisation des placages produits, et la formation des opérateurs. Elle permet également de préparer l’avenir au travers le test de nouvelles ressources, de nouvelles méthodes de caractérisations et d’applications industrielles plus larges du matériau bois (alimentaire, emballages, construction, agencement…) dans un contexte d’industrie durable et de circuits courts. Cette activité de recherche et de transfert vers les industriels poursuit son développement au point d’envisager un nouveau recrutement dans la filiale pour répondre aux sollicitations.

La collaboration construite au travers le Laboratoire mixte, qui a été fortement soutenu par le Conseil régional de Bourgogne Franche Comté (BFC), continue avec Brugère au-delà du projet initial, notamment par la mise en place d’un projet sur le hêtre en contexte cristallin (contrat « forêt » de la région BFC, 24 mois) et d’un projet du dispositif « Préservation de l’emploi de R&D » de France Relance  qui débute en Septembre 2021 pour une durée de deux ans, et pour lequel un ingénieur du LaBoMaP sera en immersion dans l’entreprise pour toute la durée du projet afin de transférer les résultats des développements réalisés en laboratoire dans le contexte industriel.