FR GB

Recherche

Canada Goose Montebello Parka Brun Dame canada goose canada goose jakke canadian goose victoria prix canada goose vest women Canada Goose Yorkville Bomber

Le premier Pacemaker implanté pour traiter la maladie d’Alzheimer.

Au cours d’une opération de cinq heures en Octobre dernier dans l’Ohio, Kathy Sanford est devenue la première patiente aux États-Unis à avoir un stimulateur cardiaque implanté dans le cerveau.

« Si les premiers résultats que nous voyons continuent d’être aussi progressif, alors je pense que c’est très prometteur et encourageant pour la suite», explique le Docteur Ali Rezai, qui dirige le Centre de neuromodulation à l’Ohio State. « Mais jusqu’à présent, nous sommes prudemment optimistes. »

Cet implant de stimulation cérébrale est semblable à un dispositif de stimulateur cardiaque, à l’exception que les fils du stimulateur cardiaque ne sont pas implantés dans le cerveau mais dans le cœur. «Fondamentalement, les stimulateurs cardiaques envoient des signaux minuscules dans le cerveau qui régulent l’activité anormale de celui-ci, ce qui le «normalise» d’avantage, explique le Dr. Rezai. En ce moment, à partir des résultats sur notre premier patient, je pense que les résultats sont encourageants, mais ce ne sont que des recherches. Nous devons donc continuer afin de comprendre ce qui se passe exactement. »


Pour cette étude, les personnes recrutées ont toutes une maladie bénigne, ou sont à un stade précoce de la maladie d’Alzheimer. « Afin de déterminer si cette technologie est efficace, Kathy Sanford est toujours évaluée, rajoute le Dr. Rezai. Cette patiente dit s’être portée volontaire pour l’étude afin d’aider les autres à éviter l’angoisse dues à la maladie d’Alzheimer qu’elle a subi et qui a lentement bouleversé sa vie. »

Les chercheurs estiment que cette étude donne beaucoup d’espoir pour arrêter la progression de ces maladies. Parmi celles-ci, la terrible maladie d’Alzheimer, la forme la plus commune de démence dégénérative. Elle touche environ 5.5 millions d’Américains et coûte plus de $100 milliards par an.
Aujourd’hui, il n’existe aucun remède contre cette maladie devenant progressivement invalidante entraînant des pertes de mémoires et la détérioration du comportement de l’individu malade.

Cette étude est en cours et on estime sa fin pour 2015.

 

Source